Mercredi 16 janvier 2019

Discussion avec Dr. Quentin Devers

Une chronique de grandes forteresses, de vieux temples, de bouddhas en pierre, d’art rupestre et de mines d’or.

M. Quentin Devers est chercheur permanent au CNRS dans le Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie de l’Est (CRCAO, Paris). Depuis 2009, il effectue de vastes travaux de recherche sur le terrain au Ladakh, où il a enquêté sur un millier de sites historiques.
Le Ladakh abrite un riche patrimoine. Ses vallées sont défendues par des forteresses inaccessibles construites au-dessus de majestueux reliefs, ses villages abritent d’innombrables ruines de temples et sont ornés de magnifiques bouddhas taillés dans la roche, ses gorges et ses plateaux sont ponctués de denses sites d’art rupestre datant de milliers d’années et de mines d’or abandonnées depuis longtemps, etc. Loin des obstacles qui coupent la région du reste du monde, les hautes montagnes du Ladakh constituent depuis des temps immémoriaux des couloirs fantastiques empruntés par des marchands, des bandits et des armées de toutes origines – Tibétains, Turcs, Mongols, Mons, Dards, Cachemiriens, etc. ont mené des batailles sur ces terres, dans le but de contrôler leurs riches routes commerciales et leurs ressources précieuses.